Le Reggae, les rastas, le judaïsme et le sionisme… un surprenant mélange

Le Reggae,

De la musique, de la culture et de la religion toutes aussi différentes les unes que les autres, mais qui ont pourtant un lien indéniable : l’amour et l’admiration de ceux qui les pratiquent. Quelle est l’histoire qui se cache derrière ce surprenant mélange ? Découvrez-la dans ce qui suit.

L’histoire remonte au XIX ème siècle

Durant cette époque, en Jamaïque, la population noire était séparée de la population blanche. Alors que les noirs vivaient dans des conditions déplorables, ils ont trouvé le refuge dans la musique et ainsi naquirent le reggae et le Rastafari. Jamais encore auparavant, les noirs n’avaient eu droit à la culture et peu d’églises acceptaient leurs différents mouvements. La première église à avoir défendu et donné champ libre à l’expression musicale de cette population castrée dans la pauvreté et la misère alors même que l’abolition de l’esclavage a été déclarée en 1834, fut l’église Baptiste. Fut ainsi né le Gospel et ainsi de suite. Plus précisément, le peuple noir a été frappé par la délivrance du peuple juif par Dieu. Ainsi, ont-ils commencé à le louer et à se repérer à travers cette merveilleuse délivrance. Le Rastafari est considéré comme un mouvement inspiré de la Blible. Il a une portée libératrice.

Des prophètes pour les Rastas

Marcus Garvey fut considéré comme un prophète par le peuple noir et par les Rastas. Les plus grands chanteurs de reggae le citent souvent dans leurs paroles, surtout Bob Marley et Burning Spears. La raison est que cet homme qui a vécu de 1887 à 1940 a souvent évoqué la relation entre le Dieu d’Isaac et le Dieu de Jacob durant ses discours. Pour lui, les noirs adorent le Dieu d’Ethiopie qui est le Dieu de tous les âges. Mais, il y a aussi Halié Selassié qui a régné de 1892 à 1975. Il est le dernier empereur d’Ethiopie et est considéré par les Rastas comme Messie. Il est à la fois craint et admiré. En effet, son nom signifie ” celui qui est craint”.

Quel rapport entre les Rastas, le judaïsme, le sionisme et le reggae ?

Les noirs pratiquent le judaïsme en Ethiopie, notamment beaucoup de Rastas. Il faut préciser que la culture Rastas est très similaire de celle des croyants sémitiques. Les Rastas ne mangent pas de crustacés, ni de porc. Puis, les femmes devaient se couvrir les cheveux chez eux et les hommes portaient des dreadlocks. Ils considèrent leur terre promise en Ethiopie, le lieu où tout à commencé, le pays de Jah (Dieu en hébreux). La preuve en est la construction de la compagnie maritime, la Black Starline par Marcus garvey en 1930 afin de conduire sa communauté vers l’Afrique, le berceau de l’humanité.